Le régime des retraites en France est de nouveau sous les projecteurs

couple de seniors
Photo by macanudo

Suite à la crise, le gouvernement remet en question le régime des retraites. Plusieurs points de ce régime font débats au sein de l’état. L’exemple du système Suédois fait réfléchir la France sur son propre système. Le plan français pour les retraites est basé sur la solidarité. En effet, les travailleurs cotisent pour les personnes qui sont à la retraite. En Suède, la pension annuelle est calculée au moment du départ à la retraite et en fonction de la classe d’âge et de l’espérance de vie associée.

L’âge de la retraite fait aussi débat. D’après une étude, les Français sont les Européens qui passent le plus de temps à la retraite. En France l’âge moyen de la retraite est fixée à 60 ans avec 162 trimestres de cotisations alors qu’en Suède l’âge moyen se situe entre 55 et 64 ans. La France réfléchit donc à repousser la date du départ à la retraite. De plus, cette réforme aidera à relancer l’activité des séniors. L’état pense également à rallonger la durée de la cotisation du salarié. Actuellement il y a une sous-estimation de la durée des cotisations. Parmi tous les salariés qui sont partis à la retraite en 2009 71,3% d’entre eux avaient cotisé au moins 4 trimestres de plus que la durée nécessaire.

Il existe de grosses disparités entre les salariés du privé et les salariés du public. En effet, les fonctionnaires bénéficient d’avantages certains. Notamment sur le pourcentage reversé aux salariés lors de son départ à la retraite. Le salarié du privé touchera 50% de son salaire moyen annuel de ses 25 meilleures années alors que le fonctionnaire touchera 75% d’un montant calculé sur les six derniers mois de traitement. Des discussions sur un alignement du système de retraite ont été engagées, mais les syndicats sont très frileux par rapport à cela. Une autre idée a été soumise. Cette solution consiste à prélever plus de cotisations sur les revenus les plus élevés. Mais cela fait débat l’union professionnelle artisanale a déjà annoncé qu’il refusait de nouveaux prélèvements. Tout le monde est d’accord sur le fait que tous les revenus ne doivent pas intégrer l’assiette de cotisation. L’Elysée a annoncé également qu’il n’y aura pas une hausse des cotisations ni la suppression de niches sociales (participation, intéressement stock-option).

Selon des prévisions, pour faire face à ce dilemme l’état aura besoin de 48,8 millions d’euros pour répondre aux besoins de financement du système de retraites pour 2020. Mais l’état doit aussi financer la santé, la dépendance et la dette de la sécurité sociale. Le débat est loin d’être terminé et reste ouvert. Tous ces points doivent être approfondis. Mais la situation reste urgente et une solution devra être vite adoptée. Un système comme la Suède a mis plusieurs années à être mis en place dans le pays.

Les commentaires sont fermés.

CONCERT ET SPECTACLE |
ETHIQUE ET PHILOSOPHIE MORALE |
Chemaudin - Le Journal de S... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GreenWar
| elci
| Ma démarche éco consommation